PÉTROLE ET SOUVERAINETÉ

La course à la direction du Parti Québécois ne manque pas de soulever de l’intérêt. Mais on a l’impression que les candidats ont de la difficulté à choisir parmi les priorités qu’ils veulent mettre de l’avant dans le court ou le moyen terme. Par exemple, on a peu parlé du calamiteux projet de pipeline d’Energie Est, qui, à sa manière, concerne de près la question de la souveraineté nationale. En effet, on ne peut éviter de se demander ce que vaudra la souveraineté quand du pétrole empoisonné issu de déversements à la fois probables et imprévisibles aura pollué des centaines de plans d’eau au Québec , incluant le grand fleuve Saint-Laurent. On veut se donner un pays, fort bien. C’est légitime. Mais un pays marqué de l’empreinte de l’écologie, pas une autoroute du pétrole. Cela devrait apparaître clairement dans le projet que le Parti Québécois soumettra à l’attention de la population.