PANIERS DE NOËL ET RÉFORME DES STRUCTURES

Je vois, sur mon écran de télévision, défiler des bénévoles nombreux qui s’emploient à remplir des paniers de Noël et font appel à la générosité du  public. Ce  public répond généreusement. Je crois discerner là la marque  d’un humanisme dont les racines sont  chrétiennes et qui témoigne d’une avancée de civilisation.

Plus nombreux qu’avant sont ceux et celles qui bénéficient de cette générosité. Le nombre des moins nantis augmente. Pourquoi? On peut  se demander par exemple si le fonctionnement de certains mécanismes de gestion gouvernementale n’a pas comme effet d’engendrer la pauvreté.  On constate entre autres que les mesures d’austérité qui visent à effacer le déficit budgétaire frappent en premier lieu les plus démunis. On sait d’autre part que des hommes et des femmes qui travaillent à plein temps ne réussissent pas à dépasser le seuil de la pauvreté. On dirait des sortes de mécanismes  qui à la fois aggravent  les inégalités sociales et multiplient la clientèle forcée d’avoir recours aux paniers de Noël.

L’Évangile nous invite à être solidaires des pauvres Mais pas nécessaire pour cela d’en fabriquer. Il faut plutôt réformer les structures qui créent la pauvreté tout en continuant de remplir des paniers de Noël. Je vois là une bonne façon de vivre des Fêtes joyeuses.

LA RAISON ET L’ÉMOTIVITÉ

Des sénateurs canadiens estiment que les citoyens- au premier rang les Québécois-  sont trop émotifs quand on parle de pétrole et de pipeline (Voir Le Devoir, 8 décembre 2016). Ce serait trop émotif, paraît-il, que de s’inquiéter des risques que font courir  l’exploitation des sables bitumineux et le transport par pipeline. Ce qui est raisonnable, c’est de « tirer parti des abondantes ressources  de notre pays au profit de tous les Canadiens », sans être obsédé par la question de l’environnement. Selon l’un de ces vénérables sénateurs,« toute politique énergétique au Canada ne peut reposer sur un fond émotif et délaisser tous les raisonnements rigoureux et objectifs nécessaires ».

Donc, ce serait verser dans l’émotivité  que de s’inquiéter des conséquences sur le climat qu’entraîne l’exploitation des sables bitumineux de l’ Alberta ou des risques encourus par le passage d’un pipeline qui traverserait des centaines de plans d’eau , dont le majestueux fleuve Saint-Laurent. Or l’émotivité nuit à la rectitude du jugement.  On nous conseille  plutôt de faire confiance  à la froide raison -particulièrement celle des sénateurs- plus apte à discerner l’ampleur  des bienfaits que nous assurerait une politique énergétique  qui ne se laisse pas ébranler par l’émotivité et s’appuie sur des « raisonnements rigoureux et objectifs ».

C’est bien connu, les gens émotifs dérangent. On a l’impression qu’ils  chialent pour  tout ou pour un  rien .  Mais il faut bien reconnaître qu’ils  peuvent parfois rendre service. Comme les oies du Capitole, qui donnèrent l’alerte alors que les gens raisonnables dormaient sur leurs deux oreilles. Ainsi fut sauvée Rome. Par des oies émotives. Pas par des sénateurs.

UN CARDINAL HORS NORMES

Une belle histoire, celle que nous rapporte  La Croix du 20 novembre 2016 : celle de ce prêtre albanais que le pape François vient de nommer cardinal. Il n’est pourtant pas  évêque ce Don Ernest Simoni, qui a passé plus de vingt ans dans des prisons que le régime communiste d’antan utilisait pour y enfermer de  présumés ennemis de l’État, incluant  au premier rang des prêtres, des religieux,des religieuses et d’autres citoyens reconnus pour leur appartenance chrétienne. Des milliers  de ces témoins de la foi y ont trouvé la mort.  Pour sa part, Don Ernest a échappé à deux reprises  à une condamnation à mort et a réussi, à ses risques et périls,  à organiser en prison des activités spirituelles et religieuses auxquelles participaient des musulmans aussi bien que des chrétiens, les uns catholiques , les autres orthodoxes. Un expert en pastorale de la périphérie, dirait sans doute le pape François.

Un parcours aussi exemplaire méritait sûrement une telle reconnaissance. Mais il ne faudrait pas d’autre part passer sous silence le contexte , celui de l’oppression exercée par un communisme athée et agressif,  qui a étouffé pendant des décennies toute aspiration à la liberté non moins en Albanie que dans d’autres pays. Idéologie  paralysante dont des millions d’hommes et de femmes  subissent toujours le poids de nos jours. Ce qui étonne, c’est que des intellectuels patentés persistent encore à se réclamer de cette même idéologie délétère qui empoisonnait la vie collective au temps où Don Ernest pratiquait sa pastorale de la périphérie.

QUAND LE PROGRÈS BAIGNE DANS LE PÉTROLE

 

Selon le premier ministre Trudeau, on ne peut garder enfouies des ressources qui trouveraient leur place sur les marchés. Même si l’exploitation qu’on en fera aggravera de plus en plus les désordres climatiques. Et même si l’exploitation du pétrole enfoui dans les sables bitumineux compromet l’atteinte des objectifs que le Canada s’est fixés dans la lutte contre  les changements climatiques. Car on  ne peut à la fois s’adonner à ce genre d’exploitation et prétendre combattre efficacement les sautes d’humeur du climat.

Le jeune premier ministre aurait avantage à lire et à méditer la belle encyclique Laudato si du pape François. Cela l’aiderait à comprendre qu’il est urgent de mettre fin à l’exploitation risquée des ressources enfouies dans les sables bitumineux de l’Alberta. Car il est des cas où le progrès consiste à ne pas exploiter certaines ressources, comme cela s’est produit au Québec quand on a cessé l’extraction de l’amiante.

Exploitation risquée à une extrémité du pays, possibilité  à l’autre bout que soient pollués de  nombreux  plans d’eau traversés par un pipeline en provenance  de l’Ouest : ainsi la table est  mise pour une catastrophe de grande ampleur. Ce genre de progrès n’a rien de réjouissant.