DE LA HAUTE VOLTIGE

Le Devoir du 4 mai nous initie à la prose d’un sociologue qui, faisant preuve d’une hardiesse  intellectuelle peu commune, établit des liens entre l’attentat à la mosquée de Québec, les intégristes catholiques, l’Opus Dei, la Fraternité Saint-Pie X, les soldats d’Odin  et tutti quanti. Il dénonce un  monde de culture et de traditions chrétiennes qui, sous de multiples étiquettes, abriterait une sorte de terrorisme diffus dont on feint d’ignorer l’existence alors qu’on ne cesse de s’en prendre au terrorisme islamique, lequel ,tout compte fait, ne serait pas si menaçant qu’on le laisse entendre.

La démonstration dudit sociologue est époustouflante. On demeure pantois devant  une telle lecture de l’histoire et des faits. Faut être un savant peu ordinaire pour se lancer  dans une acrobatie aussi risquée. Quoi qu’il en soit, il convient de lui reconnaître le mérite d’une belle capacité d’invention.