MINABLE, DITES-VOUS ?

Le maire de Québec a traité de minable un universitaire pacifiste qui a dénoncé publiquement la participation canadienne à la guerre en Afghanistan. Peut-être que le protestataire a mal choisi le moment pour se faire entendre, mais de là à le traiter de minable, ça dépasse la mesure. On a quand même le droit de s’interroger au sujet d’une aventure militaire dont la légitimité morale est douteuse et qui apparaît de plus en plus vouée à l’échec.

On prétend envoyer là-bas une armée de libération, mais des milliers d’Afghans semblent la considérer comme une armée d’occupation. On dit vouloir aider le gouvernement en place à instaurer la démocratie, mais ce pouvoir se distingue surtout par son incompétence, les détournements de fonds publics et le recours à la torture. On nous affirme que les opérations de pacification sont en voie de réussir, mais il appert que les talibans jouissent de l’appui d’une bonne partie de la population et multiplient les succès militaires. Il y a là de quoi se poser des questions.

Pour qu’une guerre soit juste, il faut que le motif de l’entreprendre soit lui-même juste, qu’elle constitue un ultime recours et ait des chances de réussite. Qui démontrera que cela se vérifie dans le conflit afghan ?

Ce dossier s’inscrit dans un vaste processus de militarisation qui affecte l’ensemble de la planète. Selon le SIPRI ( Institut international de recherche pour la paix de Stockholm ) les dépenses militaires se sont accrues de 45% au cours des dix dernières années et atteignent maintenant plus de 1200 milliards$. Alui seul le budget militaire des USA est responsable de 45% de ce montant astronomique. Des chiffres qui scandalisent quand on sait qu’une grave crise alimentaire se profile à l’horizon, menace de larges portions de la population mondiale et qu’on se demande si on disposera des ressources nécessaires pour l’affronter.

Il y a là matière à réflexion pour nous tous, incluant le maire de Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *