FAUT-IL AVOIR PEUR ?

Dans une entrevue accordée au journal Le Figaro ( 8 octobre 2011) le journaliste américain Christopher Caldwell a prédit que, face la poussée de l’islam, la France va imploser dans quinze ou vingt ans. Son argument-clé : « Quand une culture peu sûre d’elle-même, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes et surtout religieuses, c’est généralement la première qui change pour s’adapter à la seconde, car elle a perdu les moyens de réagir ». Une thèse qu’il a développée dans un livre-choc paru à l’époque.

Pas très optimiste comme perspective. Mais le diagnostic appelle des nuances. Voyons de près.

Pour certains la malléabilité renvoie à la mollesse. Mais elle peut aussi connoter une capacité d’intégration culturelle, comme celle qui a contribué à enrichir les cultures européennes, particulièrement la culture française. Le relativisme, qui affecte les valeurs, peut miner l’identité culturelle, mais il n’est ni impératif ni incontournable. La poussée de l’islam peut inciter à développer une conscience plus éveillée de la spécificité de la double identité gréco-latine et judéo-chrétienne qui caractérise les sociétés occidentales. Double identité qui se concrétise à la fois dans l’humanisme chrétien et dans une laïcité ouverte et intelligente. Ce qui peut développer un sentiment de prééminence qui fait grandir la confiance. Ce qu’il faut craindre, c’est moins l’assaut culturel et social de l’islam que la superficialité qui affecte des sociétés occidentales inconscientes de la richesse et des valeurs de leur héritage culturel et religieux. Le manque d’enracinement dans son propre terreau culturel comporte plus de risques que le déploiement de signes extérieurs issus d’une culture étrangère.

Ce qui importe, c’est moins de cultiver la peur que de s’enraciner en profondeur et de renouer avec son propre héritage. Ainsi on fortifie ses racines et on se donne des ailes pour l’avenir.

1 pensée sur “FAUT-IL AVOIR PEUR ?”

  1. Bravo! Comme j’ai écrit dans mon mémoire à la Commission Bouchard-Taylor notre pays n’est pas un club privé.

    Presque chacune des vagues d’immigration (certaines plus pénibles que d’autres) a laissé de ses richesses culturelles et morales. Un enrichissement!

    Hubert Gratton 613 241-1101

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *