POURQUOI N’A-T-IL PAS PARLÉ AVANT?

Quelques semaines avant de nous quitter le cardinal Carlo Maria Martini a laissé un testament spirituel dont le contenu a été rendu public deux jours après son décès. On y trouve un diagnostic plutôt sombre sur l’état de santé de l’Eglise, dont il fut l’un des plus illustres représentants. ¨ L’Eglise est fatiguée, déclare-t-il,… notre culture a vieilli, nos églises sont grandes, nos maisons religieuses sont vides et l’appareil bureaucratique de l’Eglise gonfle, nos rites et nos habits sont pompeux. Ces choses, cependant, expriment-elles ce que nous sommes aujourd’hui ? « Il ajoute ; : « L’Eglise est en retard de 200 ans. Comment se fait-il qu’elle ne se réveille pas ? (Voir Culture et foi, 24 septembre 2012).

Face à la situation actuelle il propose trois remèdes : la conversion, à commencer par celle du pape et des évêques ; la Parole de Dieu qui s’inscrit dans le cœur de chaque croyant ; les sacrements, instruments de guérison et soutien pour les hommes tout au long du chemin et dans les faiblesses de la vie ; donc qui doivent être accessibles à ceux qui en ont le plus besoin, par exemple les divorcés, les couples remariés, les familles recomposées. Ce sont eux qui ont besoin d’une protection spéciale « Comment l’Église peut-elle venir en aide, avec la force des sacrements, à ceux dont la situation familiale est complexe ? »

Un testament spirituel émouvant. Mais on se demande pourquoi son auteur n’a pas dit ces choses plus tôt, lui qui jouissait d’un prestige considérable au sein de l’Eglise catholique ? Peut-être qu’il l’a fait et que ses dires n’ont pas retenu l’attention. S’il ne l’a pas fait, son silence demeure un mystère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *