DIACONESSE, POURQUOI PAS ?

De pieuses dames ont invité d’autres dames non moins pieuses à encourager leurs époux à postuler la charge de diacres. L’idée est ingénieuse et fort louable. Mais ce qui étonne, c’est que ces dames ne militent pas d’abord en faveur de la restauration du diaconat féminin. Car il fut un temps jadis où des diaconesses jouaient un rôle important dans la vie des communautés chrétiennes, tant au plan du culte que dans l’organisation matérielle de ces communautés. Elles pourraient de nos jours assumer des responsabilités non moins grandes, à une époque où des prêtres tentent, de leur mieux et non sans difficulté , d’assurer une présence pastorale minimale dans les nombreuses paroisses dont ils ont la charge.

J’ai souvenir d’une remarquable homélie qu’avait donnée une religieuse dans une paroisse. De l’intelligence, de la profondeur, un beau talent oratoire. Une candidate toute désignée pour le diaconat. Et aussi pour le sacerdoce. Car on peut penser que le diaconat féminin pourrait ouvrir la voie à l’ordination sacerdotale.

On parle beaucoup d’une nouvelle évangélisation. Celle-ci y gagnerait sans aucun doute en dynamisme et en efficacité si on pouvait faire appel à des équipes de diaconesses compétentes qui pourraient éventuellement prendre en charge certaines de ces paroisses qu’on tend désormais à désigner sous le vocable de « communautés de communautés ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *