LA NAISSANCE D’UN PAYS

Elles sont émouvantes, au lendemain du vote de l’Assemblée des Nations-unies sur la reconnaissance de la Palestine à titre de membre observateur, ces images de Palestiniens qui célèbrent le début de la naissance d’un pays. Celui-ci demeure en grande partie occupé par des troupes étrangères, mais cela n’a pas empêché les Palestiniens, pendant de longues décennies, de rêver d’indépendance et de liberté.

Il est profond, ce désir d’un pays à soi, d’une patrie. Ce désir de pouvoir exprimer une identité dans le respect d’autres identités. Les Israéliens ont droit à une patrie. Mais pourquoi cela exigerait-il qu’on foule aux pieds les droits des Palestiniens et qu’on tienne leur pays sous tutelle ?

Le pouvoir fédéral canadien a décidé de prendre parti en faveur de la domination israélienne sur la Palestine. Je ne me reconnais pas dans cette politique qui nous impose un choix qui va à l’encontre du droit des peuples de disposer d’eux-mêmes. Je suis persuadé qu’un Québec souverain n’hésiterait aucunement à reconnaître les droits des Palestiniens, tout autant que les droits des Israéliens. C’est une tristesse que les Québécois soient associés à une politique étrangère qui contredit des valeurs qui leur sont chères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *