DU MAL PEUT SORTIR LE BIEN

Aux USA, l’industrie des armes à feu occupe une place importante. Ses porte-parole se font entendre avec force auprès des représentants élus. Ils encouragent la libre circulation des armes. Des millions de citoyens ordinaires entreposent des armes à la maison, comme le faisait la mère du forcené qui l’a assassinée avant d’aller abattre froidement une vingtaine de bouts de chou dans une école du voisinage. Là-bas on vit dans un état de paix armée, en invoquant un droit que le sens commun met en question depuis longtemps. Les uns barricadent l’entrée des écoles tandis que d’autres font appel à la Constitution.

Le drame de Newtown provoque un sentiment d’horreur. Comme si un virus porteur de barbarie continuait d’infiltrer ce peuple civilisé qu’est la nation américaine. Un changement désormais s’impose. Un président enclin à la tergiversation semble décidé à imposer ce changement, devenu inéluctable, dans les mœurs et la législation. Comme quoi l’autorité politique bien assumée et axée sur le bien commun peut faire avancer une collectivité dans la voie du progrès humain et social. Puisse ce président en donner une nouvelle preuve, et sans tarder.

Ce qui s’est passé là-bas est horrible. Mais de ce mal peut sortir du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *