CATHOLICITÉ EN CROISSANCE

Le cardinal Antonio Vegliò, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, dénonce les « aspects asymétriques d’une mondialisation » qui inclut certains et exclut d’autres, qui « privilégie le « libre mouvement des affaires, la mondialisation financière » plutôt que l’émigration. Il constate une incompatibilité entre les restrictions des Etats concernant l’émigration et « un monde qui avance vers une croissante libéralisation des autres flux ». (Voir Agence Zenit, 26 février 2013)

Point de dé départ de sa réflexion : l’Église embrasse tous les peuples et voit dans le phénomène migratoire « un signe des temps » destiné « à transformer les structures nationales et internationales, sociales, économiques et politiques ». Elle est « signe et instrument de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain ». Et d’ajouter : « Personne n’est étranger dans l’Eglise et elle n’est étrangère à personne, en aucun lieu ». Nous voilà loin du repliement sectaire.

Cela veut dire qu’un chrétien qui milite en faveur d’une politique d’immigration vraiment accueillante – ce qui n’empêche pas celle-ci d’être également intelligente et rationnelle- se trouve à agir dans le sens d’une authentique catholicité et de la croissance de cette catholicité. Voilà qui confère à l’Eglise une image où prédominent l’accueil et l’ouverture au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *