DÉLIT DE PARENTÉ

Il y a quelques années, un journaliste oeuvrant dans le monde de la télévision avait laissé planer un soupçon sur la réputation du cardinal Marc Ouellet, alors archevêque de Québec, dont un frère avait eu des démêlés avec la justice. Il raisonnait comme si cette affaire compromettait la réputation du cardinal, comme s’il existait un délit de parenté impliquant qu’une faute que commet un membre d’une famille engageait la responsabilité des autres membres. On nous renvoyait ainsi à une coutume clanique, loin en arrière dans le temps. Un procédé de bas niveau et pas très intelligent.

Or voici qu’une animatrice de la télévision, reconnue pour sa vive intelligence et sa compétence , vient de s’empêtrer dans l’exploitation du même filon. Heureusement, le cardinal Jean-Claude Turcotte, invité à son émission, ne s’est pas laissé piéger. Il a su habilement remettre les choses à leur place.

Le cas n’est pas unique. Il arrive trop souvent que des animateurs de grand talent, lorsqu’ils abordent des questions religieuses, dérapent facilement. On dirait une animosité antireligieuse, plus particulièrement antichrétienne, peut-être longtemps refoulée et qui suinte à travers des propos en apparence neutres et objectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *