APPELONS UN CHAT UN CHAT

« Appelons un chat un chat. De l’aide médicale à mourir, c’est de l’euthanasie », souligne le Dr Yves Robert, secrétaire du Collège des médecins du Québec. Il serait malséant, dans un débat aussi grave que celui qui concerne la fin de la vie, de tricher sur les mots. Il existe un consensus sur la nécessité d’éviter l’acharnement thérapeutique et sur l’urgence d’accroître l’accès aux soins palliatifs. Mais il n’existe pas de consensus sur l’euthanasie, même quand elle est subtilement qualifiée d’aide médicale à mourir. L’euthanasie soulève un problème éthique majeur et de surcroît un problème de civilisation. On ne peut se permettre de jouer avec les mots dans une affaire aussi sérieuse ni de tabler sur la confusion des idées et sur les bons sentiments. Au Québec, le vrai débat sur l’euthanasie ne fait que débuter. Il commande au départ une juste définition des termes que l’on utilise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *