LE GÉNIE DE L’INCROYANCE

Chateaubriand a écrit Le génie du christianisme. C’est vraiment dépassé, car deux chercheurs viennent de découvrir que l’intelligence est d’abord l’apanage des incroyants. Ceux-ci seraient plus doués pour l’intelligence analytique tandis que les croyants auraient une prédisposition pour l’intelligence intuitive, qui serait de niveau  inférieur.

C’est une découverte révolutionnaire. Le Psalmiste peut aller se rhabiller avec son énoncé péremptoire où il affirme  qu’il est un insensé celui qui dit en son cœur que Dieu n’existe  pas. La science moderne – ici représentée par deux chercheurs décomplexés- proclame  le contraire. Un propos réconfortant pour celui qui s’évertue à chasser l’idée de l’existence de Dieu. Et ennuyeux pour le croyant, qui vient d’apprendre qu’il est pourvu d’une intelligence inférieure, comme le furent sans doute  Augustin  d’Hippone, Thomas d’Aquin, Blaise Pascal, Louis Pasteur, Jean-Sébastien Bach,  Beethoven,  Mozart et quelques autres qui ont fait la gloire de la pensée et de l’art chrétiens.

Décidément, on n’arrête pas le progrès. Pas même celui de la bêtise.

4 pensées sur “LE GÉNIE DE L’INCROYANCE”

  1. M.O’Neill,
    Je viens de lire vos articles depuis le 12 juin dernier. Je continue à trouver vos propos très pertinents et surtout interpellants. Je souhaite que quelques leaders engagés dans divers secteurs importants de notre société, si ce n’était ceux de nos universités, prennent connaissance de vos écrits et s’en inspirent pour continuer à bâtir un monde plus juste et en conséquence plus humains. Continuez à interpeller, cela aide à changer le monde.
    Roger Labbé

    1. Merci pour le commentaire. Je vais continuer à écrire,même je ne possède pas une intelligence de première catégorie! Et si vous continuez de me lire, cela m’encouragera!

      Cordialement,

      Louis O’Neill

  2. Quel bon titre.
    Comme vous dites, on n’arrête pas le progrès, une fois de plus.
    Ces deux chercheurs ont besoin de continuer à chercher encore un peu plus s’ils veulent démontrer un quelconque rapport entre la foi et l’infériorité mentale.
    Vous avez raison de contester la prétendue supériorité de l’intelligence dite analytique sur l’intuitive. Les avancées des dernières années en psychologie semblent au contraire militer en faveur d’un rétablissement de l’importance de cette dernière, au point où les tests d’embauche tendent maintenant à mesurer le quotient émotionnel au même titre que le quotient intellectuel.
    Bien sûr il faut séparer la foi de la crédulité, et distinguer les croyances des superstitions. Notre culture favorise un modèle de société ouvert, qui permet la liberté de réflexion, plutôt qu’un modèle de pensée unique et imposée.
    Les cultures qui n’encouragent pas, ou, pire, ne permettent pas la libre réflexion, le doute, la remise en question, tendent à enfermer l’esprit des gens auxquels elles imposent leurs normes. Elles n’en font pas pour autant des gens moins intelligents. Elles empêchent « seulement » (si l’on peut dire) cette intelligence de s’épanouir. Ce n’est pas le cas des cultures qui recherchent l’équilibre foi-raison.

    1. Ton commentaire est plein d sagesse, même si selon l’évaluation de nouveaux savants patentés, tu ne possèdes qu’une intelligence de deuxième catégorie.
      L’important, c’est de faire de son mieux avec ce que le Créateur nous a donné, dans un monde où, paraît-il, l’incroyance monopolise les beaux esprits.

Répondre à Roger Labbé Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *