CE CRUCIFIX QUI DÉRANGE

Je reconnais que la présence d‘un crucifix dans l’enceinte de l’Assemblée nationale peut déranger ceux qui pratiquent le culte d’une laïcité intégrale et pure. Une logique rigoureuse semble exiger qu’on envoie aux oubliettes le symbole d’une époque qualifiée de grande noirceur, surtout que, paraît-il, nous baignons désormais dans une grande clarté que nous aurait méritée la mise au rancart du passé.

Mais il y a néanmoins beaucoup de gens qui associent cet objet religieux au message social que nous a transmis le crucifié originaire de Nazareth. On décèle dans ce message des éléments précieux, tels par exemple la culture de la vie, l’égalité de tous les êtres humains incluant l’égalité homme-femme, la liberté, la justice sociale, le devoir de partage, la défense des droits des plus démunis, la solidarité, la non-violence, la primauté de la personne face à la domination de l’argent. On se dit que ce serait bénéfique pour tous les citoyens si ceux et celles qui prennent les décisions politiques et adoptent des lois s’inspirent de cet héritage véhiculé dans l’Évangile, transmis à travers les siècles et symbolisé par un crucifix.

Certains préfèrent la pureté du vide. C’est un autre choix. Il n’est toutefois pas assuré que cette préférence garantisse mieux le progrès de la société québécoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *