ATTENTES POUR 2014

On se souhaite mutuellement un tas de bonnes choses à l’occasion de l’An nouveau. Il y de bons vœux qui nous concernent de près, d’autres visent des gens qui vivent loin mais dont on veut se rapprocher. Comme dans la parabole du Bon Samaritain. Le prochain, c’est non seulement celui qui vit à proximité, mais aussi celui dont on accepte de devenir solidaire, même s’il habite un lieu lointain. À lui aussi il convient de souhaiter que 2014 comble ses attentes.

Une première attente: la fin de la tragédie qui perdure en Syrie. La télévision nous a transmis des images d’horreurs où des centaines d’enfants figurent parmi les victimes. Le tyran qui opprime le peuple syrien rappelle le souvenir d’Hérode, cet autre tyran demeuré célèbre pour avoir commandé le massacre des enfants de Bethléem. Le tyran contemporain assassine plus méthodiquement, avec des armes chimiques. Les instances internationales, dont fait partie le Canada, se révèlent incapables pour le moment de mettre fin à ses exactions sanglantes.

Autre espoir: une pause dans la persécution des chrétiens. Ceux-ci subissent des épreuves de toutes sortes, et ce dans de nombreux pays, surtout ceux où des islamistes détiennent le pouvoir. Mais aussi ailleurs, comme en Chine ou au Vietnam. On dirait que persécuter des chrétiens soit devenu une coutume tolérable, une mode. On ne sait même pas si la question préoccupe les hauts fonctionnaires qui siègent aux Nations unies.

Espoir aussi que le pain remplace les armes. Car s’il y a ceux qui subissent les conflits, il y a aussi ceux qui en vivent. Tous ne déplorent pas les conflits. Certains en font leur pain quotidien. Ils s’enrichissent en vivant du commerce des armes. Nombreux les pays où la fabrication et la vente des armes contribuent à accroître la produit national brut. Le Canada en fait-il partie?

Et voici une attente qui loge bien proche de nous: de quoi aura l’air ce Québec en train de se donner un nouveau visage. Face au passé il ressent tantôt de la nostalgie, tantôt du rejet, comme s’il était sain de renier ses propres racines. Face à de nouveaux arrivants, il manifeste surtout de l’accueil, mais parfois de la méfiance, révélatrice d’une crise d’identité. On semble avoir oublié ce propos de Lionel Groulx, qui nous a souvent rappelé que le passé est un maître qui enseigne comment on peut faire face à l’avenir.

En attente sommes-nous aussi du résultat de la lente mutation qui marque la vie de l’Église. Les grands médias y prêtent plus ou moins d’attention, mais le phénomène, illustré par des initiatives multiples et diverses, est bien tangible. De nouvelles institutions remplacent celles qui ont complété leur durée de vie. Des regroupements de croyants ouvrent des chantiers nouveaux. On projette un regard neuf sur le monde, la condition humaine, la vie quotidienne. Partout l’Esprit Saint est à l’oeuvre.

L’aggiornamento dérange parfois le centre de la catholicité, parfois il y puise son élan. Le pape François concilie tradition et modernité. Des sensibilités différentes se rejoignent sous un leadership qu’il veut partager avec les Églises locales. On réalise de plus en plus que c’est une même foi qui unit dans la diversité ceux qui croient en Jésus-Christ; ce qui vaut aussi pour les communautés chrétiennes séparées de Rome. De cet aggiornamento on peut espérer des effets bénéfiques. Donc une année 2014 chargée de promesses.   

1 pensée sur “ATTENTES POUR 2014”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *