NOUVELLE VISION DU PATRIMOINE

Au temps de Frédéric Bach on faisait honneur à ceux qui plantaient des arbres. Avec le ministre actuel de la Culture nous abordons une autre époque. Sans doute soucieux de ne pas freiner le progrès, le ministre  consent à ce qu’on saccage un boisé situé en pleine ville.  Il aimerait bien sauvegarder le patrimoine dans son ensemble,  mais se résigne  à le  sacrifier morceau par morceau, en dialoguant avec les promoteurs. C’est comme si une  nouvelle philosophie du développement  guidait les décisions du ministère de la Culture et de son titulaire.  On est loin de l’époque de  Georges-Émile Lapalme, grand serviteur de l’État et protecteur des domaines  de Sillery, qui  s’y retrouverait difficilement dans cette nouvelle façon de voir. Car à ses yeux la sauvegarde du patrimoine devait toujours avoir préséance sur les intérêts  particuliers.

1 pensée sur “NOUVELLE VISION DU PATRIMOINE”

  1. C’est aux gens de Sillery et d’ailleurs à continuer de se révolter mais d’une autre façon plus forte, même s’il semble trop tard, contre la décision de ce ministre incapable de protéger patrimoine et nature. Il y a plusieurs années alors que j’habitais (1974-86) le Parc Lemoyne qui voisine le cimetière St-Patrick, nous nous sommes regroupés pour contrer les désirs de certains conseillers municipaux qui voulaient prolonger la rue Chanoine Morel à travers le terrain à l’entrée du cimetière pour rejoindre le chemin St-Louis face à la rue Holland. Nous avons alors gagné notre bataille. Mammon cherchera toujours à faire de nous ses esclaves. À nous de l’empêcher de réussir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *