LA TORTURE FAIT PARTIE DES MOEURS

Amnistie internationale nous apprend que 112 pays dans le monde pratiquent la torture et que d’autres la sous-traitent.  La plupart de ces pays sont signataires de la Déclaration universelle de 1948, où il est écrit que «  nul ne sera soumis à la torture ni à des peines  ou traitements cruels , inhumains ou dégradants »( art. 5). Entre les déclarations officielles et les pratiques, l’écart est flagrant.

Ce qui ne veut pas dire que les prises de position officielles et les chartes ne servent à rien. Elles réveillent la sensibilité morale et l’honneur. Elles obligent à  une certaine retenue dans le recours à des conduites barbares. Car les États tortionnaires sont soucieux de ne pas trop entacher leur réputation.Ils craignent l’intervention  d’organismes tels qu’ Amnistie internationale, qui  alertent l’opinion publique et réussissent  à freiner l’essor de ces pratiques inhumaines qui déshonorent ceux qui s’y livrent et ceux qui les tolèrent. Car il ne faut pas oublier ceux qui tolèrent, qui laissent faire, souvent  pour des motifs économiques ou par stratégie politique. À quoi s’ajoute le cas de ceux qui  pratiquent la sous-traitance, ce qui  est encore pire . De ce nombre  l’État fédéral canadien, qui  se le permet  occasionnellement, paraît-il. Pas  de quoi embellir le blason du « plus meilleur pays du monde ».

1 pensée sur “LA TORTURE FAIT PARTIE DES MOEURS”

Répondre à proulxj Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *