EVITER LE SACCAGE

Des experts en foresterie ont alerté l’opinion  publique au  sujet de la menace qui pèse sur  la survie  du boisé Woodfield de Sillery ( Voir Le Devoir du 6 février). En effet,  le ministre de la Culture, supposément défenseur du patrimoine, a accordé à un promoteur la permission de saccager un espace arboricole  protégé jusqu’ici par un décret qui date de 1966,  au temps où le ministre Georges-Émile Lapalme était titulaire  des Affaires culturelles.

Le ministre actuel de la Culture pourrait, s’il y tient,  continuer de sympathiser  avec des promoteurs mais sans manquer à son devoir de protecteur du patrimoine. Il pourrait par exemple négocier  un échange  de propriétés  qui permettrait au  promoteur de construire ailleurs des condominiums , même s’il y a déjà surnombre dans la région de Québec.  On éviterait ainsi un saccage irréparable.

L’affaire  n’est pas banale  quand des  citoyens sont obligés de se mobiliser dans l’espoir de convaincre un ministre de la Culture de se comporter en défenseur du patrimoine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *