HAUTEMENT HUMANITAIRE

La politique  de lutte contre l’itinérance , que vient de rendre publique la ministre déléguée aux services sociaux, Véronique Hivon,  a de quoi réjouir, et ce  à plusieurs titres. Le projet conjugue harmonieusement le vouloir politique avec les interventions sur le terrain d’individus et d’organismes riches d’une précieuse expertise. C’est celle-ci qui a guidé le choix des axes d’invervention prioritaires : le logement, les services de santé et services sociaux, le revenu, l’éducation, l’insertion sociale et professionnelle, la cohabitation sociale et les enjeux liés à la judiciarisation.

Une règle : génénérale, particulièrement en santé : que les services se rendent à la personne plutôt que d’obliger les personnes à  rejoindre les services. .Autre règle : réduire  les embûches administratives , par exemple dans la perception des chèques d’aide sociale.

Il y a là quelque chose de rafraichissant dans cette  façon d’ humaniser l’intervention étatique dans la vie quotidienne de citoyens qui font partie des plus démunis et des plus dépendants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *