LE MAL HABITE PARMI NOUS

Une amie  m’a transmis des extraits d’un livre où l’auteur s’applique à démontrer que Boko Haram, Daech et consorts  n’ont rien inventé , que la barbarie est de tous les temps, que des tueurs démoniaques qui ont marqué jadis l’histoire  avaient non moins  de talent pour le mal que ceux qui, de nos jours, commettent de basses œuvres qui provoquent  un sentiment d’horreur. On nous dit : le mal est de tous les temps. Au fait, il était  déjà à l’oeuvre quand Cain assassina son frère Abel.

De ce constat on peut tirer la conclusion qu’il n’y a pas lieu de se scandaliser devant les horreurs que nous rapportent les médias. Mais il y a aussi une autre conclusion , plus susceptible de changer les choses : combattre autant que se peut  le mal qui fait horreur, car on ne peut se permettre d’ abandonner des gens sans défense aux forces du mal. Surtout quand il s’avère que les nouveaux barbares entretiennent des liens avec des pays qui comptent parmi  nos partenaires économiques, ce qu’on soupçonne être le cas avec Daech. Ce serait d’une  honteuse hypocrisie que de crier au scandale devant la barbarie islamique tout en faisant affaire avec ceux qui sont  de connivence avec les barbares.

On peut aussi s’interroger sur l’origine du  mal, ce qui l’inspire, son cheminement. Quand on récite le Notre Père, on demande d’être délivré du mal. Délivré de ses faiblesses, de  l’esprit du mal, de l’emprise d’une force maléfique?  Pas facile à discerner.

ll y a des cas où il s’agit bien de quelqu’un qui personnalise le mal, comme cela est apparent dans le récit des trois tentations du Christ. Quelqu’un qui envoûte, possède, cherche à entraîner dans l’abîme. Aussi cet esprit du mal qui fomente les destructions, la torture, le viol, les tueries. Cet esprit du mal qui, au temps de la barbarie nazie, poussait à perpétrer des massacres collectifs, à jeter des enfants  dans des fosses communes ou à les faire  disparaître dans des fours crématoires. Il arrive que la barbarie atteigne un tel  niveau d’horreur et de méchanceté qu’on ne puisse l’expliquer  en invoquant seulement la perversion humaine.

Se manifeste en outre, chez les barbares d’aujourd’hui, un esprit diabolique qui prétend torturer, violer ou tuer au nom d’Allah, donc au nom de Dieu. L’esprit du mal fait preuve, en ce cas, d’une capacité exceptionnelle de cynisme. Il se révèle autant cynique que méchant.

Les agnostiques et les incroyants discutent de l’existence de Dieu, une question complexe pour eux. Mais il  ne serait pas vain qu’ils s’interrogent aussi sur l’existence du démon et sur celle du mal : une question peut-être plus compliquée mais  non moins  importante. Il n’est pas superflu de la soulever.  Surtout que le démon est un personnage discret qui semble préférer qu’on ne parle pas de lui. Il aime mieux  passer inaperçu, faire accroire qu’il n’existe pas, ce qui lui assure une bonne marge de manœuvre. Le Bon Dieu, au contraire, aime qu’on se souvienne de Lui et souhaite qu’on entre en contact avec Lui.  Ainsi pourra-t-il plus facilement nous dépanner, nous délivrer du mal, comme nous l’implorons de le faire  dans cette belle prière que le Christ nous a apprise et qui s’appelle le Notre Père.

1 pensée sur “LE MAL HABITE PARMI NOUS”

  1. Il y a aussi des cas, malheureusement, où des gens apparemment sincères et incroyants croient néanmoins plus facilement à la réalité du mal voire à sa personnification spirituelle, sans pour autant que cela ne les fasse revenir de leurs préventions à l’encontre de toute religion ou idée de Dieu. Certains chrétiens pensent que l’appréhension du côté obscur peut amener quelqu’un au côté lumineux (exemple: l’intrigue des films Deliver Us From Evil, The Exorcism of Emily Rose etc.), mais j’en doute,

    https://www.youtube.com/watch?v=B6PDucJ_Cog

Répondre à Claude Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *