FACETTE MODERNE DE L’AUMÔNE

Catherine Billet,déléguée générale de Pax Christi France, écrit : «  L’aumône,face aux enjeux du climat, n’est pas tant de donner un peu  de notre surplus lors d’un temps de Carême que de changer radicalement notre mode de vie! » ( Voir LA CROIX, 8 mars 2015). Elle voit dans notre mode de vie une  cause majeure des graves perturbations climatiques qui bouleversent le quotidien de millions d’hommes et de femmes, particulièrement dans des pays où tantôt les inondations, tantôt la sécheresse , tantôt des ouragans destructeurs sèment la désolation et aggravent le dénuement et la pauvreté. Donc, notre première aumône, à son avis, devrait être de changer un  mode de vie dont les effets néfastes se répercutent ailleurs et frappent particulièrement les pauvres.

À elle seule l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta alourdit dramatiquement le poids des émissions de gaz à effet de serre; le pire crime contre le climat, selon Naomi Klein(Voir LE DEVOIR, 16 mars 2015). Un crime auquel on s’associerait au Québec si on accordait un droit de passage au pétrole empoisonné en provenance de l’Ouest. Dans ce cas, faire son carême commence par le refus d’encourager l’exploitation d’une source de pollution particulièrement néfaste.

Je trouve originale la façon de Catherine Billet d’envisager la pratique de l’aumône en temps de Carême . La piété sait y établir des liens concrets avec l’économique et le politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *