FRANÇOIS PARMI LES LOUPS

img1c1000-9782848764405François parmi les loups. C’est le titre d’un ouvrage que Marco Politi, vaticaniste de haute réputation, consacre au pape François (Paris, Éditions Philippe Rey, 2015). Une analyse factuelle qui nous aide à comprendre ce qui se passe actuellement à la tête de l’Église catholique et dont les répercussions se font sentir partout au sein de la catholicité. Marco Politi met en relief la multiplicité de changements en apparence mineurs dont l’ajout des uns aux autres est en train de générer  une sorte de révolution tranquille. Pensons par exemple au synode sur la famille qui s’est transformé en une vaste consultation à laquelle sont conviés tous les chrétiens ,quel que soit leur statut dans l’appareil ecclésial. C’est du jamais vu.

 Marco Politi décrit le cheminement de Jorge Mario Bergoglio, jésuite argentin et archevêque de Buenos Aires, appelé à devenir «  le pape du bout du monde »; tel par exemple son souci d’accorder préséance aux hommes et aux femmes dit «périphériques » et que l’économie moderne traite  comme des « déchets » . Déjà l’archevêque argentin donnait à l’option préférentielle pour les pauvres cette dimension pastorale de première importance qu’on retrouve chez le nouvel évêque de Rome .

 « Évêque de Rome » : c’est le titre que revendique  le nouveau pape. Celui de Souverain Pontife ne l’intéresse pas. Au fait, par le truchement de petits changements et de gestes symboliques discrets il détricote peu à peu le mythe de la papolatrie. C’est une révolution, toute en douceur.

 Ce que nous vivons présentement au sein de l’Église catholique est réjouissant et fait naître une grande espérance. Mais c’est également inquiétant. En lisant Politi on est  enclin à se demander si François aura le temps d’ancrer solidement l’aggiornamento profond qu’il a entrepris. Car les obstacles sont nombreux. Qu’on se rappelle : le jour même de son élection il a demandé à ceux qui réclamaient sa bénédiction de le bénir lui d’abord. Il en sentait un grand besoin. Comme un pressentiment, dirait-on. Oui, il faut prier pour ce pape venu du bout du monde, car  ce qu’il a entrepris est grandiose, mais ce n’est pas dépourvu de risque.

3 pensées sur “FRANÇOIS PARMI LES LOUPS”

  1. J’ai hâte de lire ce livre. Il semble refléter les inquiétudes qu’on peut avoir en observant certaines réactions que les gestes de François provoquent, notamment chez les tenants d’une certaine « orthodoxie », qu’on retrouve par exemple dans « Pape François, le grand malentendu » de Guy Baret (Paris, Éditions du moment, 2014).

    Souhaitons seulement que ce pape évangélique ne connaisse pas le même sort que le héros du « Vicaire du Christ » (Walter F. Murphy, Éditions Alta, 1979); soldat américain, puis juriste, et enfin devenu moine, que le conclave va chercher pour l’élire pape, et qui choisit, pour la première fois de l’histoire et pour les mêmes raisons (« Rebâtis mon Église ») le nom de François, qui pose des gestes, émets des opinions, et… meurt assassiné.

Répondre à Michel Leclerc Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *