QUAND LA BÊTISE S’AJOUTE À L’HORREUR

Des migrants de divers pays se sont retrouvés dans une même embarcation de fortune dans l’espoir de pouvoir rejoindre la Sicile et l’Europe. Voyageurs misérables que des passeurs sans scrupule auront exploités jusqu’au dernier centime. Or voici que certains d’entre eux, musulmans, ont décidé de jeter par-dessus bord des passagers indentifiés comme étant des chrétiens. Arrivés de peine et de misère en Sicile, ils ont été arrêtés et traduits en justice pour meurtre.   

 

Tout cela est à la fois sinistre et bête. Le plus bête, c’est qu’ on ajoute à l’horreur humaine

une autre horreur, commise celle-là au nom de Dieu. C’est alors que me revient à la mémoire  cette réflexion d’un éminent théologien rappelant que si la foi a le mérite d’élargir le regard de la raison, celle-ci , en revanche, la capacité et la mission de purifier la religion.  

 

La saine raison fait partie du projet de la Providence. Il n’y a rien de divin dans la bêtise humaine. Celle-ci apparaît plutôt comme un instrument dont le diable aime bien se servir.

1 pensée sur “QUAND LA BÊTISE S’AJOUTE À L’HORREUR”

  1. Cet incident à lui seul renforce l’hypothèse qu’il y ait, parmi ces milliers de réfugiés, des gens dont les intentions ne sont pas pures. Le président du Conseil des ministres italien, Matteo Renzi, déclarait récemment : « Ils ne sont pas tous innocents ».
    Le fait qu’on ait perdu la trace d’environ 100 000 d’entre eux depuis un an et demie laisse songeur. On se souviendra qu’au moment de décapiter 21 chrétiens coptes en Lybie, on a pris soin de les amener au bord de la mer Méditerranée; et le chef des bourreaux, pointant son poignard vers l’Italie, a déclaré : « Nous sommes au sud de Rome ».
    Il est opportun d’avoir le cœur ouvert, mais également l’œil.

Répondre à Michel Leclerc Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *