La cerise sur le gâteau

Étrange débat que celui lancé par Lucien Bouchard, ancien premier ministre du Québec, qui invite à mettre de côté l’objectif de la souveraineté politique pour s’occuper de problèmes quotidiens. Comme si la possession de la souveraineté nationale ou sa privation n’avaient pas d’incidence sur le développement d’une société et sur la vie de tous les jours. Comme si, pour un peuple, le fait d’être maître chez lui n’avait pas plus d’importance que la cerise sur le gâteau.

Comment expliquer les énergies déployées par un grand nombre de nations en vue d’accéder à l’indépendance ? L’histoire là-dessus jette un éclairage précieux : celui du cheminement de peuples qui ont poursuivi inséparablement le double objectif de la souveraineté politique et du développement économique et social : les Etats-Unis, la Norvège, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie, la Croatie, les pays jadis membres de l’ex URSS, l’Inde, les anciennes colonies africaines, etc. L’ONU compte maintenant près de 200 Etats souverains et leur nombre ne cesse d’augmenter. L’addition de vanités collectives ou l’actualisation d’une tendance profonde et normale ? Pourquoi la nation québécoise refuserait-il pour elle-même ce que l’on considère comme allant de soi pour d’autres ?

Faux dilemme que celui que nous sert cet ancien premier ministre, souverainiste circonstanciel. Je préfère pour ma part la façon de voir de Jean-Paul II, citoyen de la Pologne souveraine, qui considérait chaque nation comme une incarnation historique et sociale du travail de toutes les générations liées par un même héritage et une même culture. Voilà pourquoi il souhaitait « que toutes les nations, même les plus petites, même celles qui ne jouissent pas encore de la pleine souveraineté et celles auxquelles celle-ci a été enlevée par la force, puissent se retrouver dans une pleine égalité avec les autres dans l’Organisation des Nations-Unies. » Une façon de voir les choses qui va bien au-delà de la cerise sur le gâteau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *