EGLISE DU SILENCE ?

« L’Eglise catholique paie le prix de son silence », titre-t-on dans LE SOLEIL du 8 janvier 2007. Un journaliste y commente la démission précipitée du nouvel archevêque de Varsovie, accusé d’avoir pactisé autrefois avec le pouvoir communiste. Or c’est justement une commission d’enquête créée par l’Eglise polonaise qui avait confirmé cette collusion. Peut-on parler de silence ?

Qui plus est, ce sont des chrétiens de la base qui ont exigé publiquement que le personnage compromis dans cette affaire remette sa démission. La télévision nous a montré des croyants plutôt bruyants que silencieux, fussent-ils partisans ou adversaires du prélat. Les chrétiens là-bas ont l’habitude de participer ouvertement aux débats de société.

S’il est une portion de la chrétienté qui a donné depuis plusieurs décennies l’exemple du témoignage de la parole, c’est bien l’Eglise polonaise, et ce même avant que Jean-Paul 11 décide d’affronter ouvertement le régime communiste. C’est ainsi que le cardinal Wyszynski a longtemps joué le rôle de chef de file dans la résistance à la dictature d’obédience soviétique, qui avait supplanté celle implantée par le régime nazi pendant la deuxième guerre mondiale. Ce sont les chrétiens de Pologne qui ont provoqué la première fissure qui a conduit à l’éclatement du bloc soviétique.

Il y a eu là-bas des chrétiens qui ont gardé le silence, mais ce serait trop facile de les juger de loin sans tenir compte des risques qu’ils couraient en s’opposant au régime. Il y a eu aussi, bien plus nombreux, des adeptes du socialisme qui, par fidélité idéologique, ont aussi gardé le silence face aux abus du régime communiste .Un silence qui leur procurait moult avantages de toutes sortes. On attend toujours qu’ils expriment à la face du monde leur repentance pour cette dérive, tout comme l’a fait eu égard à son propre comportement l’archevêque démissionnaire. On apprécierait aussi la même repentance de la part d’intellectuels progressistes de chez nous qui ont cédé autrefois à la tentation totalitaire avant de se convertir au néo-libéralisme, devenu pour eux une sorte de religion qu’ils pratiquent avec ferveur. Ce serait édifiant s’ils sortaient de leur silence.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *