QUAND UN INTELLO CHARRIE

Un sous-produit de l’idéologie laïciste québécoise, c’est le droit de dire n’importe quoi au sujet de l’Eglise catholique et particulièrement du pape. De cela je trouve une illustration dans un bref texte de Pierre Dubuc, intitulé Les papes maudits., publié dans le numéro d’octobre 2006 de L’Aut’Journal.

Selon Pierre Dubuc, le pape Jean-Paul 11 a mené une croisade contre le communisme. Aider de son mieux à libérer son pays d’une servitude totalitaire, et ce par des moyens non-violents, c’est mener une croisade ? Un peu gros, non ? Est-ce devenu un délit que de résister à un régime totalitaire ?

Il fallait, continue Dubuc, que le pape Benoît XVI s’invente aussi une croisade. Il a trouvé son ennemi : l’islam. Il s’est permis de laisser entendre qu’il y avait peut-être une parenté entre l’islam et la violence. Quelle horreur ! Un vrai délit ! « Bush, Ratzinger, Harper, même combat ! », s’écrie Dubuc. Ça aussi, c’est un peu gros, non ?

Vu par Pierre Dubuc l’islam baigne dans l’innocence et vit sous la menace d’une nouvelle croisade dirigée par Bush et Benoît XVI. Mais ce n’est pas ainsi qu’un professeur de philosophie de Lyon, Robert Redeker, voit les choses. Il a osé publier ( Voir Le Figaro du 19 septembre) une réflexion sur l’islam, intitulée Violence et haine (Voir La Presse, 11 octobre 2006). Depuis la parution de son texte dans Le Figaro, le téméraire auteur vit sous la protection de la police. Apparemment, il a commis l’erreur de ne pas avoir décelé l’imprégnation pacifiste du Coran. Ça lui apprendra ! Pierre Dubuc pourra lui expliquer que les gens vraiment dangereux, ce sont les papes et non ceux qui lancent des menaces de mort au nom d’Allah.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *