DES RACINES ET DES AILES

Il y a bien peu à ajouter aux témoignages qu’ont rendus au regretté cardinal Louis-Albert Vachon le cardinal Marc Ouellet, Michel Pigeon, recteur de l’université Laval, les professeurs Jacques Racine et Thomas de Koninck et de nombreux autres citoyens. Je me limiterai pour ma part à souligner la stature d’intellectuel chrétien de celui qui vient de nous quitter et le rôle historique joué par l’institution pionnière à laquelle il appartenait.

J’ai connu Louis-Albert Vachon, philosophe et théologien, alors que j’étais étudiant en théologie. Ce fut une chance- une grâce- pour moi d’avoir pu profiter de l’enseignement de ce maître de haut calibre et celui d’autres professeurs de grande culture qui oeuvraient dans son entourage, tant au Séminaire de Québec que dans les Facultés de théologie et de philosophie. Des noms me reviennent en mémoire : Paul-Emile Gosselin, Gérard Dumouchel, Benoît Garneau, Ernest Lemieux, Lionel Audet- devenu plus tard évêque auxiliaire de Québec- Maurice Dionne, Charles de Koninck, Emile Simard, Emmanuel Trépanier et combien d’autres. Ces maîtres étaient des croyants mais aussi des praticiens de la raison investigatrice, des adeptes d’une rationalité qui inspirait une démarche intellectuelle étrangère à toute forme de fondamentalisme religieux. Louis-Albert Vachon se rattachait à cette école de pensée qui trouvait dans le Séminaire de Québec un milieu réceptif et aussi un précieux soutien matériel. Un milieu qui, durant des décennies, a abrité les racines et permis plus tard aux ailes de se déployer dans le cadre d’une institution universitaire dynamique.

La longue carrière et le cheminement de Louis-Albert Vachon illustrent bien cette connexion qui relie le passé et le présent. Une continuité qui trouve son enracinement dans une institution qui, dès les débuts de la Nouvelle-France, a contribué à modeler le visage d’un petit peuple tenace qui s’entête non seulement à survivre mais aussi à s’épanouir au cœur de l’Amérique du Nord. Une durabilité qui tient sa vigueur de son rattachement aux racines originelles. . Ce dont on aurait avantage à se souvenir quand on élabore un projet de société.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *