SUR LES BORDS DU GRAND FLEUVE

« Regarde avec amour, sur les bords du grand fleuve, ce peuple jeune encor qui grandit frémissant ». Ces mots, on les chantait jadis dans un cantique plein de fraîcheur où l’on évoquait les épreuves dont le peuple d’ici avait triomphé grâce à l’intervention de la Vierge Marie.

Les épreuves ont changé de nature. Les menaces proviennent maintenant de cette sorte d’ extractivité que déplore Naomi Klein et qui se manifeste par la fringale pétrolière, les projets de forage sur l’Île d’Anticosti, les superpétroliers, les trains chargés de pétrole empoisonné et qui risquent de dérailler- comme au Lac-Mégantic- un pipeline dont le parcours menace les nappes d’eau, les terres agricoles, les milieux de vie et le grand fleuve lui-même.

Certains veulent rattraper la caravane pétrolière alors que celle-ci aborde l’étape de sa fin de parcours. C’est de la bêtise. Pas certain que Notre-Dame du Canada- ainsi la désigne le cantique- veuille s’occuper d’un dossier pareil. Elle va plutôt nous faire confiance et s’en remettre à notre bon jugement. À nous de ne pas céder à la tentation de l’or noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *