BARBARIES ANCIENNES ET NOUVELLES

Hiroshima détruite le 6 août 1945; Nagasaki détruite trois jours après. Deux cent- dix mille morts, autant de blessés, dont plusieurs gravement brûlés, fortement atteints par les radiations. Deux actes de guerre non légitimés qu’on doit inscrire, selon certains historiens, sur la liste des crimes contre l’humanité. Tout comme, par exemple, le bombardement de Dresde , acte barbare perpétré par l’aviation britannique en février 1944.

Pas facile de comparer entre eux les actes de barbarie. Titus y allait à plein bras pour faire crucifier des milliers de petites gens en révolte. Attila et Gengis Khan faisaient régner la terreur, ce qui était leur manière de gouverner. Les conquistadors espagnols utilisaient la torture comme stratégie politique. La barbarie nazie a marqué l’histoire contemporaine. À lui seul, le célèbre Mao a provoqué la mort de millions de paysans et d’ouvriers dénooncés comme des ennemis du peuple.

De nos jours, on dénonce les comportements barbares de l’État islamique. Les reportages télévisés nous font ressentir la cruauté dont font preuve ceux qui dirigent cette faction nébuleuse. Mais il n’est par certain que cette barbarie artisanale dépasse en horreur la destruction hautement scientifique et technique d’Hiroshima et de Nagasaki, froidement orchestrée et commandée par des décideurs politiques qualifiés de gens civilisés.

Il n’est vraiment pas facile de mesurer le degré de barbarie qui se manifeste à chaque époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *