INTÉGRISME ET PROGRESSISME

 

Patrick Lagacé (LA PRESSE, 2 octobre 2015) se défoule sur le dos des intégristes. En  feraient partie le pape François, les évêques de Montréal et de Québec et  le président de l’Assemblée des évêques. Seraient intégristes ceux et celles qui s’opposent à l’avortement, à l’assistance médicale à mourir ( l’euthanasie) et n’accordent pas de crédibilité  au mariage entre personnes de même sexe. On peut déduire qu’à l’inverse   sont progressistes ceux et celles qui appuient les choix contraires.

Une définition de l’intégrisme manque à sa diatribe.  De quoi s’agit-il exactement?  Fait défaut aussi,  dans la suite du texte , une définition de la laïcité. Selon l’auteur,le Québec ne forme pas une société laïque.mais plutôt catho-laïque. À son avis, dans  une société vraiment laïque on dénoncerait les intégristes susmentionnés et on mettrait fin aux congés fiscaux dont bénéficient les lieux de culte. Rien de moins.  De quoi calmer le zèle des intégristes.

Comment  définir la laïcité?  Je connais un beau texte sur la laïcité de l’État. Mais son auteur  est un pape connu sous le nom de Pie XII, au visage sévère,  qu’on aurait pu soupçonner d’intégrisme bien plus que le pape François.  J’ose néanmoins suggérer à notre pamphlétaire de lire ce texte qu’il peut consulter dans La Documentation catholique. Une lecture qui pourrait l’aider à y voir plus clair.

Faudrait aussi définir ou redéfinir le progressisme. Celui qu’on décèle chez  Patrick Lagacé fait un peu vieux. Car la nouveauté ne garantit pas la vérité. Il faut savoir faire preuve de sens critique face à la nouveauté tout comme face à des opinions  dites traditionnelles. C’est là l’apanage d’une intelligence éveillée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *