SALARIAT ET PRODUCTIVITÉ

« Quand on est salarié, on est moins productif », a déclaré la présidente d’un syndicat de médecins. Le propos étonne. Car cela semblerait  vouloir dire que la grande majorité des travailleurs, qui sont des salariés, serait formée de gens au rendement médiocre et qui ne mériteraient pas toute la rémunération dont ils bénéficient. Par exemple les enseignants, les fonctionnaires, les infirmiers et infirmières, et j’en passe.

Voyons l’affaire de plus près. J’ai souvenir de mon père,  salarié, chef de gare de chemin de fer,  fidèle au travail, attentif au bon fonctionnement du service et soucieux de la sécurité des voyageurs. Il se comportait comme si l’entreprise était la sienne. Ce qui le guidait, c’était le respect  des normes régissant son emploi, une conscience professionnelle exigeante et un sens de l’honneur qui commandait que le travail soit bien fait.

Il lui arrivait parfois, en fin de semaine, d’ajouter quelques heures de travail non rémunéré afin de mettre au point le rapport d’activités et la comptabilité. Cela lui semblait une chose normale. Pour lui, assurer un bon service faisait partie de l’ordre des choses. D’être salarié n’en faisait pas un trainard, loin de là.

Ainsi en est-il de nos jours  pour des milliers de travailleurs salariés. Je suis persuadé qu’il en est de même  pour la  grande majorité des médecins face à leurs obligations. On les déconsidère quand on laisse entendre qu’ils ne travaillent bien que si on leur offre la carotte chaque fois qu’ils  posent un geste. Ils ont plus de grandeur d’âme. Inspirée par  une vision comptable de la profession cette présidente dresse d’eux un portrait peu flatteur qui manque de justesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *