FAIRE LE MÉNAGE DANS SA COUR

En avril 2009, lors d’une rencontre avec les représentants des Premières nations du  Canada, le pape Benoît XVI avait présenté les excuses de l’Église catholique dans le dossier des mauvais traitements infligés à de jeunes Amérindiens qui avaient fréquenté des pensionnats tenus par des religieux et des religieuses. Or voici que Trudeau le jeune,  qui semble ignorer le passé, aurait voulu, paraît-il,  que le pape François présente des excuses alors que cela a déjà été fait. Mais on peut en  revanche se permettre de soupçonner qu’il puisse y avoir dans cette manœuvre une tentative de détournement d’attention quand on sait que les événements qui se sont déroulés dans ces pensionnats et que tous déplorent s’inscrivent dans le courant d’une politique de génocide culturel inventée et mise en pratique par ce même pouvoir fédéral que détient de nos jours le premier ministre Trudeau.

Je me permets de souhaiter que le  nouveau premier ministre suive quelques cours d’histoire et fasse d’abord le ménage dans sa cour avant de prodiguer des conseils au pape François.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *