LA CAVERNE D’ALI BABA

On savait déjà que l’évasion fiscale était une pratique répandue (Voir Bloc-notes, 7 mai 2014). Mais grâce à la fuite des  « Panama Papers », on en apprend plus sur l’importance de cette pratique. Ainsi, il s’avère que dans  plusieurs pays(incluant la Chine dite communiste!) des institutions financières, des entreprises puissantes, des gens d’affaires fortunés , des professionnels haut de gamme, voire des dirigeants politiques  s’adonnent à des pratiques systématiques d’évasion fiscale . Celles-ci privent les États et les gouvernements des ressources financières requises pour répondre adéquatement aux besoins des citoyens. Une élite financière déjà bien nantie et dont on serait en droit d’attendre qu’elle fasse sa part pour assurer le bon fonctionnement de la vie collective se dérobe à ses devoirs tandis que les pouvoirs publics se rabattent sur des politiques d’austérité qui pénalisent les moins nantis. Même en grattant les fonds de tiroirs on ne réussit plus à assurer un fonctionnement décent des écoles, des services de santé, des services sociaux, des infrastructures municipales, des équipements collectifs.Des citoyens bien nantis et des entreprises s’envolent avec de l’argent qui appartient à la collectivité et vont le cacher dans une caverne nouveau genre beaucoup plus vaste que celle d’Ali Baba.

Quand une frange de la minorité la plus favorisée d’une société manque ainsi à son devoir de solidarité, elle enfreint le  contrat social et porte atteinte au civisme et à la justice distributive. Lorsque ce dérapage  est tout à coup révélé, comme cela vient de se produire  avec les « Panama Papers »,il s’avère  un peu gênant de prêcher l’austérité aux citoyens  ordinaires qui peinent à répondre aux exigences de base de la vie  quotidienne. Il faudrait commencer par obliger les délinquants fiscaux haut de gamme à s’acquitter de leur devoir de solidarité envers les autres citoyens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *