LA VRAIE SOLUTION POUR L’AVENIR

Dans un éditorial fort éclairant ( Le Devoir, 4 août 2016), Jean-Robert Sansfaçon décrit bien les risques nombreux liés à l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta. Il ne manque pas de montrer du doigt la menace qui pèse sur les réserves d’eau potable du Québec si jamais on se lançait dans la construction d’un oléoduc qui traverserait des centaines de rivières et de plans d’eau. Il sait que les déversements de pétrole- un pétrole gavé de substances empoisonnées qu’on y ajoute pour en faciliter le transport- font partie des dangers encourus. 

Ce qui étonne, c’est qu’il ne propose pas comme solution d’avenir qu’on mette tout simplement fin à l’exploitation et au transport de ce produit empoisonné, surtout que le Québec n’a qu’en faire puisqu’il s’approvisionne ailleurs , à moindre risque et à bon prix. C’est l’exploitation même des sables bitumineux qu’il faut mettre en question, surtout que celle-ci s’avère une importante source de pollution et compromet la réalisation des objectifs canadiens et québécois en matière d’environnement.Il faut envisager la transformation partielle de l’économie albertaine , tout comme on a procédé jadis à une sorte d’équivalent au Québec quand on a mis fin à l’exploitation de l’amiante.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *