LE SOUVENIR DES CROISADES

Des dénonciateurs de l’islamophobie- réelle ou présumée- nous renvoient au temps des Croisades pour expliquer le phénomène du djihadisme. Selon eux, L’Occident chrétien, par ses expéditions guerrières, aurait laissé dans la mémoire collective musulmane de terribles cicatrices dont on ressentirait encore les effets de nos jours. Un djihadiste serait plus ou moins une sorte de bras vengeur qui se croit envoyé par Allah et qui aurait comme mission de réparer les blessures causées par les Croisades.
À noter au départ que c’est faire preuve de beaucoup de bon vouloir que d’attribuer aux djihadistes un tel intérêt pour l’histoire. Ce qu’on observe d’eux nous renvoie davantage à une filière où prédominent l’gnorance, la barbarie et l’absence d’humanité. On est loin de la chevalerie médiévale.

D’autre part, dans la mémoire collective de la chrétienté occidentale on attribue aux Croisades une importance historique qu’elles n’ont pas. On parlait au début de libérer le tombeau du Christ.Dans les faits, on s’est embarqué dans des tentatives plus ou moins fructueuses visant à desserrer le carcan arabe, ensuite turc, qui étouffait le monde méditarrénéen. Car , à l’époque , l’Occident vivait sous la menace constante de l’hégémonie musulmane. Celle-ci pesait d’un lourd poids sur le pourtour de la Méditerranée. Les pirates arabes effectuaient à leur gré des razzias sur les côtes italiennes ou françaises, enlevaient des chrétiens, particulièrement des femmes, qu’ils revendaient comme esclaves dans des pays musulmans. Une timide réponse occidentale fut la fondation d’un ordre religieux, celui des Servites, voué au rachat des esclaves. En fait, il fut un temps où, pour reprendre le propos d’un observateur arabe, il était imposssible pour un chrétien de faire flotter une planche sur les eaux de la Méditerrannée. C’est donc un Occident assiégé et non impérialiste qui, pour tenter de s’en sortir et sous le couvert d’un projet religieux, se lança dans l’aventure des Croisades.Ce furent des entreprises pas très glorieuses dans leur déroulement et peu fructueuses quant à leurs résultats. Mais le vent tourna avec la reconquête de Grenade et la découverte des Amériques. L’Europe chrétienne cessa alors de vivre quotidiennement sous la menace musulmane, même si celle-ci a fait encore sentir son poids lors de la bataille de Lépante en 1571 et du siège de Vienne, en 1683.

L’Histoire , dit-on, ne repasse pas les plats. Le souvenir des Croisades est de peu d’utilité pour comprendre le terrorisme djihadiste. Sauf peut-être qu’il peut nous aider à prendre conscience du fait que l’Occident, de culture fondamentalement chrétienne, est menacé une fois de plus dans sa spécificité historique par une force extérieure, laquelle se présente sous la forme d’une mixture d’islamisme dévoyé et de violence barbare. Reste désormais à trouver les moyens d’affronter avec succès ce nouveau danger.

2 pensées sur “LE SOUVENIR DES CROISADES”

  1. Votre billet fournit un éclairage historique bien utile, susceptible de corriger les perceptions qu’on peut avoir sur le rôle des Croisades, tant en Occident que chez les groupes musulmans armés, comme élément justificatif des graves tensions actuelles entre les deux protagonistes.

    Votre texte ramène les choses à de plus justes proportions.

    Merci pour cette clarification qui va contribuer à contrer la tendance occidentale à l’auto-repentance.

    1. Merci du commentaire. Je suis bien conscient néanmoins que ma relecture de l’histoire des Croisades ne plaira pas à tout le monde.

      Louis O’Neill

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *