LE SOCLE IDENTITAIRE

Un aspirant à la direction du Parti conservateur du Canada  s’est donné comme objectif de  sauvegarder l’identité canadienne , ce qu’il appelle le socle identitaire canadien. Un défi de taille, quand on sait qu’on parle toujours au Canada de l’existence de deux solitudes ou encore de la coexistence de deux nations. Le régime fédéral sert à gommer des différences qui sautent  aux yeux quand on franchit l’espace canadien «  a mari usque ad mare ».

Il demeure que l’exercice proposé peut s’avérer utile. On pourra par exemple se demander ce qu’ont en commun  des composantes politiques disparates, telles par exemple le Québec et l’Alberta. Les différences sont patentes : l’histoire, la langue, la culture, les intérêts économiques. Un trait commun : les valeurs proclamées dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Mais ce trait est non moins partagé par d’autres pays. Il ne suffit donc pas pour déterminer un socle identitaire. Reste la volonté commune,  l’acceptation d’un vivre ensemble plus ou moins harmonieux. Mais un courant identitaire spécifiquement québécois  est en train d’ébranler cette volonté commune. L’hypothèse d’un socle identitaire unique devient plus fragile.

Au fait, on  aurait avantage à privilégier  l’hypothèse de deux blocs identitaires qui outrepassent l’encadrement politiques actuel. Ainsi a-t-on solutionné ailleurs le problème des blocs identitaires, comme ce fut le cas quand ont été tressés de nouveaux liens  politiques entre la Suède et la Norvège, la Suède et le Danemark, la République tchèque et la Slovaquie, le Timor-Oriental et l’Indonésie, la Tunisie et la France, etc. Bien circonscrire les blocs identitaires, c’est témoigner  de réalisme politique et favoriser  l’établissement de rapports pacifiques et fructueux entre nations. Cela implique de reconnaître  la diversité  qui caractérise la problématique canadienne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *