PANIERS DE NOËL ET RÉFORME DES STRUCTURES

Je vois, sur mon écran de télévision, défiler des bénévoles nombreux qui s’emploient à remplir des paniers de Noël et font appel à la générosité du  public. Ce  public répond généreusement. Je crois discerner là la marque  d’un humanisme dont les racines sont  chrétiennes et qui témoigne d’une avancée de civilisation.

Plus nombreux qu’avant sont ceux et celles qui bénéficient de cette générosité. Le nombre des moins nantis augmente. Pourquoi? On peut  se demander par exemple si le fonctionnement de certains mécanismes de gestion gouvernementale n’a pas comme effet d’engendrer la pauvreté.  On constate entre autres que les mesures d’austérité qui visent à effacer le déficit budgétaire frappent en premier lieu les plus démunis. On sait d’autre part que des hommes et des femmes qui travaillent à plein temps ne réussissent pas à dépasser le seuil de la pauvreté. On dirait des sortes de mécanismes  qui à la fois aggravent  les inégalités sociales et multiplient la clientèle forcée d’avoir recours aux paniers de Noël.

L’Évangile nous invite à être solidaires des pauvres Mais pas nécessaire pour cela d’en fabriquer. Il faut plutôt réformer les structures qui créent la pauvreté tout en continuant de remplir des paniers de Noël. Je vois là une bonne façon de vivre des Fêtes joyeuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *