OPÉRATION DÉRACINEMENT

On aura grand profit à lire Le cours ECR au-delà des apprences , de Guy Durand. Un ouvrage fort intéressant, éclairant. On y apprend un tas de choses, parfois surprenantes, sur le nouveau cours teinté de religion imposé par le pouvoir politique.

Une perle parmi d’autres : dans le programme que doivent suivre de jeunes anglophones on enseigne qu’il faut désormais considérer l’année courante comme une étape de « l’ère commune » ( Common Era). .Plus besoin de se référer à la naissance du Christ. Donc l’année 2009 ne renvoie plus aux origines chrétiennes. Et quand on voudra parler du temps antérieur à la venue du Christ on dira que ce fut celui précédant l’ère commune (Before Common Era). Ainsi le tour est joué : on évacue Jésus de Nazareth de l’histoire, et sans trop que ça paraisse. On veut ainsi répondre aux attentes des propagandistes du multiculturalisme et plaire à ceux qui adhèrent à d’autres croyances.

Je comprends l’agacement que provoque chez certains ce rappel des origines qui se produit implicitement chaque fois qu’on mentionne une année, que ce soit 2009, 2010 ou d’autres qui les précèdent. Un rappel qui dérange ceux qui s’évertuent à ébranler le socle identitaire de la société québécoise et voudraient que l’on éradique le plus possible ce qui nous rattache à cet héritage culturel et religieux particulier qui a marqué fortement l’histoire de l’humanité.

Il pourra arriver qu’un jeune tant soit peu habité par la curiosité demande au titulaire du cours ECR la raison d’être de cette datation. J’imagine que le principe de la posture professionnelle n’empêchera pas l’enseignant d’expliquer que la date 2009 fait référence à un certain Jésus de Nazareth qui a marqué l’histoire commune des gens d’ici et de beaucoup de peuples, plus que Mahomet, Bouddha ou Marx. D’où cette datation. Certains s’en formalisent, mais on ne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *