NOËL CHEZ LES ROHINGYAS

Les Rohingyas : ils sont quelques 700 000, hommes, femmes, enfants, vieillards, infirmes; expulsés du Myanmar, poussés à la dérive sur une portion de territoire dépourvue de ressources. Ils forment une minorité musulmane persécutée par un régime militaire d’allégeance bouddhiste. Leur lendemain est marqué par l’incertitude, bien peu par l’espoir.

À Bethléem, au temps de la venue de Jésus, il y avait au moins une étable. Au Myanmar, rien pour les Rohingyas. Seulement la misère à l’état pur. Dormir dans une étable est devenu un grand luxe.

D’un Noël à l’autre, dans l’histoire de l’humanité, la misère varie mais elle est toujours présente. Aujourd’hui ce sont sans doute les Rohingyas qui occupent la première place au tableau de la misère. Ils sont les premiers à qui il faut penser, en cherchant à leur organiser un lendemain de Noël le moins triste possible. On pourrait par exemple recourir à une intervention politique efficace, ce dont serait sûrement capable l’actuel premier ministre canadien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *