LE SOCLE IDENTITAIRE

Chaque personne fait partie d’une collectivité, d’une ethnie, d’un peuple. Ainsi se délimite une identité et en même temps se crée la diversité. Identité et diversité vont de pair. L’une et l’autre accroissent la richesse de l’humanité.

L’identité québécoise fait partie de cette richesse. Elle a pris forme à partir d’un cheminement historique particulier et connote un parler et une tradition spirituelle spécifiques qui ont pris leur essor dans un environnement nord-américain qui a aussi contribué à la façonner. Le double apport judéo-chrétien et gréco-latin fournit l’armature de son socle identitaire, comme c’est le cas pour la quasi-totalité des nations qui forment l’Union européenne. Il nourrit une vision humaniste qui s’est structurée progressivement au cours de deux millénaires, cheminant selon un processus dialectique marqué par des avancées et des reculs. Cet humanisme est issu de l’intérieur et intègre des apports extérieurs, mais ceux-ci n’en forment pas la charpente. Ils apportent un enrichissement, mais ne constituent pas le socle identitaire.

Sur ce fondement ont pris racine peu à peu, non sans avoir franchi plusieurs obstacles, les principes et valeurs qu’on retrouve dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et qui marquent un pas en avant dans l’histoire de l’humanité. On n’a pas à les remettre en question sous prétexte que d’autres cultures et traditions les ignorent. Pensons par exemple au droit à la vie et à l’intégrité physique, à l’égalité des personnes, à la liberté religieuse et à la liberté de conscience, aux droits sociaux, aux valeurs démocratiques. On n’a pas à les abroger ou à les diluer au nom d’un interculturalisme qui viserait à remettre l’humanité à plat, comme si les gains enregistrés au cours de l’histoire n’avaient aucune importance. Il faut plutôt chercher comment faire accéder l’ensemble de l’humanité aux acquis culturels, humains et sociaux dont certaines nations et collectivités bénéficient déjà, ce qui n’exclut pas d’intégrer des apports nouveaux provenant d’autres traditions et cultures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *