D’égal à égal

Une source fiable nous apprend que le gouvernement norvégien a décidé d’appliquer le principe de réciprocité dans ses rapports avec l’Arabie saoudite, lequel Etat finance généreusement la construction de mosquées partout à travers le monde tout en interdisant l’exercice de la liberté religieuse sur son territoire. Par exemple, un citoyen saoudien qui se convertit à la foi chrétienne risque la peine de mort.

Pas de construction en Norvège de mosquées financées par des capitaux saoudiens tant que la liberté religieuse sera inexistante en Arabie saoudite. « Il serait paradoxal et contre nature d’accepter le financement venant d’un pays qui n’accepte pas la liberté religieuse », a déclaré le ministre norvégien des Affaires étrangères, Jonas Gahr Store.

Le cas est intéressant et offre matière à réflexion. Les rapports avec l’islam deviendraient sans doute plus harmonieux et plus fructueux s’ils s’appuyaient au point de départ sur une base égalitaire propice à l’exercice d’une liberté réciproque. Or tel n’est pas le cas, présentement. Dans beaucoup de pays musulmans les chrétiens sont persécutés, à peine tolérés. Récemment, en Irak, de nombreux chrétiens, incluant deux prêtres, ont perdu la vie, victimes d’attentats sanglants. L’objectif poursuivi : que les chrétiens quittent le pays, de telle sorte que la société puisse devenir intégralement musulmane. Ce qui n’en fera pas pour autant une société pacifiée, puisque les conflits entre factions religieuses musulmanes ne cessent de se multiplier.

On pourrait choisir la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 comme point de départ pour un dialogue entre chrétiens et musulmans. Voilà qui s’appellerait parler d’égal à égal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *