Valeurs et diversité culturelle

Au Québec, un homme de foi musulmane tue sa propre fille parce que celle-ci ne s’acquitte pas de certaines obligations religieuses. Le geste est odieux et révèle un énorme décalage éthique. Le drame met en lumière les limites de la diversité culturelle. On ne peut à la légère postuler que toutes les traditions s’équivalent, comme veulent nous le faire accroire les adeptes du relativisme moral.

Il existe dans les sociétés démocratiques un consensus sur certaines valeurs, celles par exemple qu’officialise la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Il y a là une avancée historique qu’il serait irresponsable de remettre en question sous prétexte d’ouverture d’esprit et dans le souci d’accueillir sans réserve les apports d’autres cultures. On ne doit pas confondre la largeur d’esprit et la vacuité d’un esprit dépourvu de profondeur.

Un humanisme de source judéo-chrétienne a marqué certaines cultures et suscite un consensus croissant au sein de la communauté des nations. Ce ne serait pas pertinent d’invoquer le principe de la diversité pour le réduire à un produit culturel parmi d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *