C’EST UNE CHOSE ÉTRANGE À LA FIN QUE LE MONDE

9782221117026

Jean d’Ormesson
Paris, chez Robert Laffont, 2010

Le titre de l’ouvrage est original, le contenu aussi et facile d’accès. On y parle d’histoire, de science et de philosophie dans un langage à la portée de tous et chacun. Un

enchaînement d’interrogations que suscitent les changements rapides qui de nos jours marquent l’histoire et affectent notre connaissance de l’univers. S’inscrit en filigrane un regard qui apparaît tantôt comme celui du croyant sceptique, ou celui de l’agnostique qui ne sait pas trop s’il est croyant ou non. On y invoque des penseurs qui nous ont précédés et qui ont tenté avant nous de répondre aux questions fondamentales sur le pourquoi et le sens de la vie. Le tout nous est présenté dans une ambiance relaxe, sans angoisse, dans un monde dont il est dit qu’il est beau et où chaque homme tient l’infini dans le creux de sa main.

« Ceux qui ne croient pas à Dieu, écrit l’auteur, font preuve d’une crédulité qui n’a rien à envier à celle qu’ils reprochent aux croyants….Si je croyais à quelque chose, ce serait plutôt à Dieu- s’il existe. Existe-t-il ? Je n’en sais rien. J’aimerais y croire. Souvent je crois en Dieu parce que j’en doute. Je doute en Dieu ». La formule est brillante. Et dérangeante.

C’est dans ce style que nous sont proposées quelques centaines de pages d’une rumination à la fois substantielle et colorée, qui rejoint chacun au-dedans de soi, incitant gentiment à affronter des questions incontournables : l’existence de Dieu, le pourquoi des choses, le sens de la vie, le mystère du temps, l’égalité devant la mort. Et j’en passe. Je retiens en finale : « J’espère que les hommes ne souffriront pas toujours. Ou qu’ils souffriront un peu moins. J’espère qu’il y aura enfin un peu de bonheur pour ceux qui n’en ont jamais eu. J’espère-est-ce assez bête !- que la justice et la vérité, si souvent contrariées, sont, ici-bas d’abord, et peut-être même ailleurs, autre chose que des cymbales et des illusions. Il faut toujours penser comme si Dieu existait et toujours agir comme s’il n’existait pas ».

Une bonne lecture en perspective.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *