PRÉJUGÉ SAVANT

Vous pensiez que le mot « Noël » était d’origine latino-chrétienne ? Si on juge à partir d’une savante démonstration dont LE DEVOIR fait état (12 décembre 2008), vous faites erreur. Le terme serait plutôt de source arabo-musulmane.

Je ne suis pas en mesure de reconnaître ou de contester cette conclusion. Là où je tique, c’est quand l’auteur de la démonstration nous parle de «la longue domination culturelle et scientifique du monde arabe sur le monde européen » ; une allusion à la période médiévale.

En lisant Aristote au Mont Saint-Michel de Sylvain Gouguenheim (voir la rubrique LECTURES) on a nettement l’impression que cette « longue domination » relève plus du mythe que de la réalité historique. Il est vrai que l’histoire a été marquée par une longue tentative de domination militaire arabo-musulmane et ensuite turque de l’Occident chrétien et que cette tentative a failli réussir. Mais on ne peut parler de domination culturelle et scientifique, même si le voisinage et les contacts avec le monde arabe ont facilité la transmission d’un savoir dont l’Occident a fait son profit. Cet apport fut non négligeable, mais secondaire. On est loin du spectre de la longue domination. Les véritables racines de la civilisation européenne sont gréco-latines et judéo-chrétiennes et ce sont les Européens eux-mêmes qui ont su se les approprier et en assurer l’épanouissement. Parmi ces lieux de redécouverte des racines anciennes figurent de nombreux centres monastiques, dont le Mont Saint-Michel. C’est avec compétence et passion que Sylvain Gouguenheim décrit ce long processus d’appropriation culturelle et scientifique.

En fin de compte, il importe peu que le mot « Noël » ait ou n’ait pas une origine arabo-musulmane. L’important, ce sont les racines chrétiennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *