A LA MÉMOIRE DE PIERRE O’NEILL

( Témoignage exprimé le jour des funérailles, le 7 novembre 2008)

De Pierre O’Neill, qui nous a quittés le jour de la Toussaint, chacun et chacune d’entre nous garde un souvenir particulier. Pour ma part, je retiens trois traits: le professionnalisme, l’amour du Québec, le courage.

Il fut un journaliste de grande qualité et de grande rigueur, fier de faire partie de l’équipe du Devoir, spécialiste de la sphère politique, esprit à la fois libre et droit, hautement apprécié de Claude Ryan dont il ne partageait pas toutes les convictions mais auquel il vouait beaucoup d’estime. Il a incarné un niveau élevé de journalisme qui a servi de modèle à des plus jeunes dans la profession.

Il aimait le Québec. Il a partagé le rêve d’un pays bien à nous tout en veillant à garder une distance prudente entre ses convictions et la pratique journalistique. Il a adhéré tôt au projet de souveraineté nationale. Collaborateur de René Lévesque aux premiers jours du mouvement Souveraineté-Association. Il a œuvré dans l’ombre, la discrétion, s’efforçant de donner à des moyens modestes leur maximum d’efficacité. Il a fait partie de cette génération de pionniers qui ont labouré et semé dans le désintéressement et l’oubli d’eux-mêmes tout en souhaitant pouvoir un jour célébrer la réussite d’une cause qui leur tenait fortement à cœur.

Et je veux souligner de façon spéciale son courage, cette grande force morale dont il a fait preuve quotidiennement en poursuivant une carrière fructueuse à travers des épreuves de santé d’une lourdeur parfois indicible. Harcelé par des contraintes physiques hors du commun, il a néanmoins affronté la vie quotidienne sans rechigner tout en étant à l’écoute des autres et en faisant preuve d’un humour empreint de finesse et de délicatesse.

Nombreux parmi nous sont ceux qui croient à une vie qui continue sous une autre forme, où, comme il est dit dans l’Ecriture, Dieu effacera toute larme de ceux et celles qui auront vécu la condition humaine avec courage et dignité. Pierre O’Neill a largement mérité de faire partie de cette multitude des élus dont nous pressentons la mystérieuse proximité le jour de la Toussaint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *