GENDER AU LYCÉE

J’avais émis, en juin 2011, quelques réflexions sur la théorie du « gender », qui prône l’indifférenciation des sexes et  postule que la différence reconnue universellement n’était que le produit d’une construction sociale ,  donc ne s’appuie pas sur un fondement biologique.  On m’a demandé depuis lors si j’avais  raison de prendre cette affaire au sérieux, tellement la nouvelle théorie  semble quelque peu loufoque.

Le sérieux de l’affaire, on peut en avoir une certaine idée en lisant «  La théorie du gender au lycée : un enseignement idéologique », bref commentaire publié  par « Généthique », la synthèse de presse de la fondation Jérôme Lejeune (voir Agence Zénith, 29 août 2011). Ce nouvel enseignement est déjà obligatoire dans les lycées français,  en Espagne et ailleurs.

Nous sommes confrontés, dit le document de la fondation Lejeune,  à une théorie militante, prétendûment scientifique, qui, de l’avis du philosophe Thibaud Collin, vise de façon particulière  la promotion de l’homosexualité, tout en réinterprétant d’autres aspects de la sexualité. On a devant soi, selon  Collin,  « une tête de pont pour un changement radical de société ».

Il me semble qu’il y là matière suffisante  pour qu’on prenne  l’affaire au sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *