À la mémoire d’Evelyn O’Neill, M.I.C.

(Hommage rendu au moment des funérailles)

Sœur Evelyn O’Neill nous lègue en héritage soixante-dix ans de vie religieuse, de nombreuses années consacrées à des initiatives de développement en Afrique, du travail efficace accompli au Québec, à Toronto, à Vancouver et ailleurs. Elle nous transmet une feuille de route bien remplie, un beau bilan. Celle qui a réalisé un tel parcours a droit au repos, dans la maison du Père.

En Zambie elle a pris fait et cause pour l’éducation et la promotion des femmes. Elle a consacré beaucoup de temps et d’énergie à assurer une présence chrétienne et sociale dans les médias électroniques. Elle a réalisé ce travail en équipe avec des religieuses venues du Québec et d’ailleurs.

Sœur Evelyn a été l’une de ces milliers de femmes qui, au fil des années, ont travaillé, construit, assumé des tâches de développement longtemps avant que ce mot développement ne soit devenu à la mode. Des femmes qui l’ont fait sans compter leur temps, sans salaire en retour, avec du soleil dans leurs bagages, avec foi, espérance et beaucoup d’amour et de désintéressement. Elles ont été à leur façon les déléguées, les envoyées de la société québécoise, plus précisément des familles et des communautés chrétiennes d’ici. Quand on parle de la présence du Québec dans le monde, il ne faut pas les oublier. Nombreux les pays où ce sont avant tout les activités missionnaires qui rendent visible l’image du pays d’ici. Une présence marquée au coin de la compassion, de l’engagement social et de l’efficacité.

Le départ d’Evelyn est source de chagrin, mais, d’autre part, son beau parcours de vie suscite la fierté et la gratitude. Loué soit le Seigneur qui, grâce à elle, a accompli de grandes choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *