PETITES DIVINITÉS OU ACCOMPLISSEMENTS ?

Pietro de Paoli , l’auteur de Vatican 2035, commentant le voyage de Paul à Athènes ( voir LA CROIX, 12 octobre 2008) parle des idoles modernes (argent, profits, « people ») et aussi de « nos petites divinités civiles » :République, démocratie, droits de l’homme, protection sociale, égalité des chances, école obligatoire, laïcité. Paul reconnaîtrait sans doute la valeur de notre religion civile, écrit Pietro de Paoli, mais il saurait que quelque chose nous manque. « Une chose nous est cachée, que pourtant nous cherchons », Dieu lui-même.

D’accord avec le populaire écrivain pour reconnaître l’urgence de cette recherche de Dieu. Mais moins d’accord pour accoler l’étiquette de « divinités civiles » à des accomplissements historiques issus d’un enracinement chrétien. Car il existe un apparentement entre ces valeurs et l’humanisme chrétien, même si certaines puisent aussi à d’autres sources, tel l’humanisme grec. Mais en plusieurs cas, par exemple la dignité de chaque personne, les droits humains, l’égalité, la solidarité, une authentique laïcité, l’enracinement évangélique est prédominant. Il serait alors plus pertinent de parler d’accomplissements plutôt que de « petites divinités civiles ».

La recherche de Dieu est rendue plus facile au sein d’une société marquée par le christianisme social et les valeurs dites laïques qui en sont issues. Des documents tels que Pacem in terris etGaudium et spes nous orientent dans cette voie. On n’a pas à planer au-dessus de la condition humaine pour rechercher Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *