CRISE FINANCIÈRE ET PAROLE DE DIEU

J’ai ressenti un certain malaise, voire un malaise certain, en prenant connaissance des propos du pape Benoît XVI au sujet de la crise financière actuelle. Celle-ci, nous dit-il, révèle l’importance de construire sa vie sur le fondement solide de la Parole de Dieu. « Nous le voyons à présent dans la chute des grandes banques : cet argent disparaît, il n’est rien. Et ainsi, toutes ces choses, qui semblent la vraie réalité sur laquelle il faut compter, sont des réalités de second ordre… Qui construit sur ces réalités, sur la matière, sur le succès, sur tout ce qui est apparence, construit sur du sable… La parole de Dieu est le fondement de toute la réalité ». ( 6 octobre 2008, premier jour des travaux de l’assemblée synodale).

Il est vrai que des requins de la finance et des aventuriers ont « construit sur le sable ». Ils mériteraient de connaître la ruine, voire la prison en certains cas. Mais l’Etat leur viendra en aide. D’autre part, de petites gens, des travailleurs, du monde ordinaire ont perdu leur emploi, leur maison, une partie de leur fonds de retraite. Faut-il leur dire qu’il n’y a rien là, que c’est rien, ce pain quotidien envolé, cet argent qui disparaît, cette épargne modeste patiemment accumulée pour les vieux jours et qui leur glisse entre les doigts ? De simples réalités secondaires, tout comme l’économie et la finance ?

Dans la parabole du bon Samaritain, on nous montre deux hommes portés sur la religion, consommateurs de la Parole de Dieu, qui abandonnent à son sort un voyageur victime de brigands. « Cet argent disparu, il n’est rien », se sont-ils peut-être dit. Détachement de réalités secondaires, primauté de la Parole de Dieu, laquelle représente la réalité première. En fin de compte, on pourrait croire que le bon Samaritain s’est énervé pour rien.

Je suis certain que le Saint-Père ne partage pas cette façon d’interpréter la parabole du bon Samaritain. Heureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *