MISÈRE DES RICHES, GÉNÉROSITÉ DES PAUVRES

Les performances du capitalisme financier moderne ne manquent pas d’étonner. Voici que de grands gestionnaires ont mis en péril le système financier mondial en se livrant à des tractations imprudentes et irresponsables. Si bien que le pouvoir étatique américain, représenté par Georges W.Bush, s’est senti obligé de puiser dans les goussets des citoyens ordinaires, incluant les plus pauvres, afin de sauver de la faillite de grandes institutions financières. Tout l’appareil risquait de craquer ; on est donc allé au plus pressant, quitte à mettre au rancart le grand principe néolibéral de la non-intervention de l’Etat. On dirait une sorte de socialisme inversé, où la générosité des pauvres vient soulager la misère des riches.

Beaucoup de ceux qui ont fabriqué ce gâchis touchent des salaires faramineux auxquels s’ajoutent de plantureuses primes au mérite accordées par des conseils d’administration complaisants et qui servent à récompenser l’incompétence et l’inefficacité. Un phénomène que John-K. Galbraith a bien décrit dans La république des satisfaits. Capitalisme parasitaire où l’intérêt personnel des dirigeants des grandes corporations passe avant l’intérêt des actionnaires et celui des citoyens ordinaires.

On est loin du capitalisme d’antan dont parlent Sombart et Weber, où on affirmait vouloir récompenser le travail, l’initiative, l’honnêteté, le risque personnel, la gestion responsable et une création de richesses dont tout le monde profiterait. Les aventuriers modernes qui ont infecté le monde de la finance ont rompu avec cette tradition. Prédateurs et irresponsables, ils préfèrent jouer au monopoly avec l’argent des autres, quitte à faire payer leurs frasques par le monde ordinaire.

Pour éviter le pire les contribuables vont casquer. Mais viendra peut-être le jour où ils prendront les moyens de faire entendre raison aux grands parasites du système. Ce sera alors une belle victoire pour la démocratie et la justice sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *